Remonter

Physiologie rate.

Rang

Nombre de messages : 4

Rejoint 2017-10-27

Bonjour,

Je suis etudiant en MTC, dans mes cours sur la Rate dans la physiologie nous avons appris que l’un des fonctions premieres de la Rate était de faire monter le pur des essences subtiles des aliments et liquide pour le faire monter au poumon qui en se melangeant à l’air inspiré produit le Qi puis le sang. En gros c’est en ces termes que l’école dans laquelle je suis nous parle du role de la Rate.

Mais quand je vois un passage concernant la Rate dans “les questions simples au chapitre 21”, je crois que cela fait reference au “ling Shu”, il est ecrit :

“Le bol alimentaire arrive dans l’Estomac, par la transformation et le transport, la partie pure est attirée par le FOIE et ce qui en reste va aux tendons. Le bol alimentaire arrive dans l’Estomac, par la transformation et le transport, la partie impure est attirée par le COEUR et ce qui en reste va dans les vaisseaux… Les liquides, l’eau arrivent dans l’Estomac ... la partie pure va à la RATE pour qu’elle puisse faire monter les essences pures au Poumon.”’

Donc moi en lisant ca , je comprend ce qu’il y a a comprendre, à savoir que la Rate n’intervient que pour la montée du Pur vers le Poumon essentiellement pour les LIQUIDES. Le reste du pur, donc issu du bol alimentaire donc (pour moi j ‘entends issu du solide) mais dites moi si je me trompe…, est attiré par le FOIE et non le Poumon..

Voila donc il y a comme une incoherence là et pas qu’un peu avec notre version de cours… Pouvez-vous me confirmer SVP..?

Cordialement

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3230

Rejoint 2011-04-13

Raska38

Il est difficile de raisonner convenablement sur des traductions erronées. Permet moi de rectifier ta traduction. Voici la mienne :

食气入胃,散精于肝,淫气于筋
« Le qì des aliments entre dans l’estomac, il se disperse en jīng au foie, le qì qui abonde (ou qui est surplus) va aux tendons ».

食气入胃,浊气归心,淫精于脉。脉气流经,经气归于肺,肺朝百脉,输精于皮毛。
« Le qì des aliments entre dans l’estomac, le qì trouble rentre dans le cœur, le jīng qui abonde se rend dans les vaisseaux, le qì des vaisseaux s’écoule dans les canaux, le qì des canaux retourne dans le poumon, le poumon réunit les cents vaisseaux, le jīng est transporté à la peau et aux poils ».

饮入于胃,游溢精气,上输于脾。脾气散精,上归于肺,通调水道,下输膀胱。
« Les boissons entrent dans l’estomac, le jīng qì qui surnage et qui déborde est transporté en haut vers la rate. Le qì de la rate disperse ce jīng (qì) et le fait monter au poumon. [Le poumon] drague et régularise la voie des eaux, fait descendre et transporte [les liquides] vers la vessie, le jīng de l’eau est disséminé dans les quatre [directions] »

Tout d’abord, tu ne peux pas tirer des conclusions sur le mécanisme de la digestion des aliments solides et liquides, uniquement sur le chapitre 21 du Sù Wèn. D’autres chapitres du Nèi Jīng (Classique interne) et surtout d’autres classiques médicaux viennent préciser la transformation et l’assimilation du bol alimentaire.

Le foie n’intervient en rien dans l’assimilation du jīng des aliments. Il est plutôt un bénéficiaire au même titre que les autres organes de l’assimilation du jīng qì des aliments.
Dans les textes fondateurs de la médecine chinoise, parfois rate et estomac étaient souvent recouvert par la simple expression « estomac ». En d’autres termes, il est fort à parier qu’ici quand on parle « d’estomac » on sous-entend foyer central, c’est-à-dire estomac et rate.
Dans d’autres textes classiques, la rate est clairement désignée que l’organe qui fait monter le jīng qì des aliments vers le foyer supérieur.
Ma compréhension actuelle du chapitre 21 du Sù Wèn à la lumière d’autres enseignements du Nèi Jīng (Classique interne) et d’autres textes anciens, est que rate et estomac favorisent la transformation des aliments solides, le jīng wēi 精微 est alors élevé par la rate vers le cœur qui le dirige ensuite vers les vaisseaux qui se déverse ensuite dans le poumon, qui est son étape finale dans cette partie du processus.

Bien évidemment le côté un peu confus de ces textes qui ont entre 2000 et 2500 ans ne facilite pas un avis définitif. On ne peut qu’exclure certaines idées comme celle que vous proposez, à savoir que le foie prendrait une part à l’assimilation du jīng wēi 精微 des aliments solides.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 635

Rejoint 2012-08-06

Ce qui me trouble, c’est le cas de le dire, est que le qi trouble rentre dans le cœur et, qu’ensuite, le texte parle du jing qui abonde et rentre dans les vaisseaux. Que le surplus de jing, je suppose du cœur, aille dans les vaisseaux, c’est cohérent. Mais si du qi trouble va au cœur et que du jing, supposé être pur, va aux vaisseaux, cela veut dire que le cœur a une fonction de purification du qi/jing en lien avec ou grâce au poumon.

La médecine occidentale discerne les veines qui assurent le retour du sang dans le cœur droit, des artères qui propulsent le sang du cœur gauche aux organes et tissus. Je ne pense pas que la médecine chinoise fasse cette différence avec le terme vaisseaux.

La phrase associée à “le qì trouble rentre dans le cœur” fait-elle référence au sang vicié qui arrive par les veines au cœur droit, est oxygéné par le poumon et retourne purifié au cœur gauche pour être propulsé dans les artères ?

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3230

Rejoint 2011-04-13

:-)))) mon ami Trebor.
Dès que j’ai un moment, je tente de t’expliquer.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3230

Rejoint 2011-04-13

Trebor,

Un des grands obstacles pour comprendre l’enseignement des textes chinois anciens comme le Huáng Dì Nèi Jīng, c’est que parfois le même terme signifie des choses complètement différentes selon le contexte. On pourrait se dire que ce n’était pas très malin. Certes. Il est probable que l’esprit humain il y a 2500 ans n’avait pas autant d’expérience pour exprimer les choses de manière carrée et ordonnée comme à notre époque. Ensuite, on sait aujourd’hui que le Nèi Jīng a été écrit en plusieurs étapes, en divers apports et pas toujours de manière très homogène.

Pour revenir au sujet, ici Qi trouble n’est la le trouble du clair et du trouble. C’est l’apparence supposée du Jing des aliments, la partie la plus dense, la plus riche, chargée en nutriments qui sert à la production, notamment du sang.

Il faut simplement savoir que le yīn trouble correspond selon le contexte soit à la partie dense, épaisse du jīng subtil des aliments, soit à la partie non assimilable des aliments et enfin à l’air vicié expiré par le poumon. Et c’est le contexte qui nous permet de le savoir.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 635

Rejoint 2012-08-06

Merci de ton explication.
C’est tiré par les cheveux, mais je veux bien l’admettre faute de mieux.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3230

Rejoint 2011-04-13

Trebor - 20 Décembre 2018 11:10 APRES MIDI

Merci de ton explication.
C’est tiré par les cheveux, mais je veux bien l’admettre faute de mieux.

C’est l’explication donné par de grands commentateurs traditionnels comme Zhang Jie Bin, Tang Zong Hai, etc. Je n’ai pas eu le temps de mettre les citations en exergue, cependant c’est bien l’explication classique de cette apparente contradiction.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 635

Rejoint 2012-08-06

Après maturation par le trouble de mon jing subtil des aliments, c’est moins trouble qu’il n’y paraît.
Une des leçons comprises par la pensée chinoise est qu’une chose peut se signifier et signifier son contraire en même temps. Tout est question de contexte.