Remonter

Multiplicité des syndromes

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 662

Rejoint 2012-08-06

Bonjour tout le monde,

Je suis parfois confronté à des situations déroutantes qui trouvent leur résolution des années plus tard. Je voudrais partager une d’elles avec vous.
Je reçois une personne qui a un feu du cœur évident avec un pouls vaste (hong) sur le pouce gauche. Je passe sur les détails sémiologiques, ce n’est pas l’objet de mon écrit. Je précise bien “un pouls vaste sur le pouce gauche”. Ailleurs, il est tendu (xian), glissant (hua) sur les barrières, fin (xi) et profond (chen) sur les deux pieds. Incompréhensible, non ?
On voudrait qu’un syndrome feu plénitude soit conforme dans tous ses aspects sémiologiques. Mais il l’est figurez-vous, je l’ai compris bien plus tard. Tous les syndromes feu épuisent le yin à la longue et passent en feu vide et/ou vide de yin. Or, le feu plénitude ne disparaît pas, il s’associe au feu vide. Le pouls peut donc très bien traduire le feu plénitude sur les pouces et le feu vide sur les pieds. Les patients ne viennent pas forcément au début de leur déséquilibre pour nous faire plaisir en cadrant leur syndrome aux descriptions livresques. Notre démarche serait bien trop simple.
Les livres décrivent le feu du cœur stricto sensu. Toutefois, les livres sont fixes, immuables. Les patients eux, évoluent, se transforment ; ils deviennent des mosaïques de livres !
Les choses sont bien plus compliquées. Le feu du cœur passe à l’intestin grêle qui le transmet sous forme d’humidité-chaleur à la vessie. S’il y a humidité, il y a donc obligatoirement vide de qi de rate. Avec un vide de qi de rate dans ce contexte émotionnel important, la stagnation du qi du foie a toutes les chances d’être présente, càd la dysharmonie foie rate. Et encore, cette dernière a très bien pu évoluer vers une stagnation de qi et accumulation de mucosités. Pour couronner le tout, la stagnation de qi du foie s’est transformée en stase de sang. Toutes ces mutations expliquent les pouls, la langue avec des taches mauves et toute la sémiologie annexe non contenue dans la description stricte du feu du cœur.
On imagine l’étendue des syndromes en cause et les conséquences thérapeutiques qu’elle impose.
Eh bien, je ne cherche plus à me compliquer la vie. J’adopte une règle sans me poser de question sur le nombre d’aiguilles. Elle se nomme “ratisser large”. Je traite tous les syndromes. C’est la seule manière d’empêcher le xieqi de se manifester quelque part.
Un feu du cœur de ce type ne guérit pas en quelques séances et une séance par semaine ne permet pas une amélioration rapide, mais on peut l’obtenir.
Sauf évidemment, si les traitement ne sont pas entrecoupés de grèves des transports comme en décembre et janvier, et de confinement comme actuellement. Mais on ne peut rien contre ces sorts.

J’ai beaucoup d’autres expériences de ce type. Si vous en avez des similaires, je serais content de vous lire et de les partager avec vous.

Amitiés à tous.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3461

Rejoint 2011-04-13

Mon cher Trebor,

Cela fait toujours du bien de te lire. Cela fait réfléchir.

Ayant la chance d’avoir été guidé par de bons professeurs en Chine et avoir collaboré avec Bob Flaws, il y a 25 ans en arrière, mon esprit a été tout de suite formaté pour entrevoir et constater l’intrication multiples des déséquilibres de nos patients. J’ai tenté enseigner des méthodes pour diagnostiquer et essayer de comprendre nos patients qui sont de vraies collections de déséquilibres qui s’engendrent et s’entretiennent mutuellement. C’est pourquoi j’ai commencé à enseigner il y a 20 ans, par exemple, la théorie du feu yīn et du feu yáng en montrant l’interaction et le développement de nombreux syndromes. Je constate que ces efforts furent sans effets réel sur ma profession car aujourd’hui le niveau des étudiants qui sortent après 5 ans (cinq année) d’étude est toujours le même : flou, faible, insuffisant. Et pourtant je sais bien que la majorité d’entre eux se donnent du mal pour étudier correctement tout ce qu’on leur offre. Bref, au lieu d’avoir fait évoluer ma communauté, je n’ai récolté que la jalousie, la médisance, la rumeur… Je suis bien triste et encore plus triste de voir ce que disent mes confrères par exemple au sujet de la gestion du COVID-19 en médecine chinoise. Comment cette histoire démontre à mes yeux que globalement notre profession n’a pas encore assimilé les paradigmes de base de la médecine chinoise. Triste.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 662

Rejoint 2012-08-06

Bonjour Philippe,

Te lire me conforte dans une prise de conscience que j’ai mis du temps à accepter par une confiance inadaptée qu’on peut appeler naïveté ou dénis.
La jalousie et la médisance reçues est le lot des chercheurs de vérité. Mais tu n’as pas récolté que ça, tu as récolté ça Et son contraire : respect, reconnaissance, référence. C’est l’incontournable loi de la dualité.
Pas mal de praticiens ont bien intégré les paradigmes de base de la MC, pas mal de médecins aussi figure toi. Mais ils ne se rassemblent pas. Ils travaillent et progressent isolés. Ils se rendent compte de la difficulté à transmettre car les étudiants non plus ne sont pas forcément motivés pour apprendre. Cette réalité est plus dure à reconnaître.
Personnellement, je continuerais à écrire sur ton forum toutes ces expériences inédites, forgées au fil du temps.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3461

Rejoint 2011-04-13

Merci Trebor pour ta sincérité, ton authenticité. C’est quand même rare.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 662

Rejoint 2012-08-06

Comme le yin et le yang, la réalité est plus mélangée : au sein même de jalousie et médisance, il y a reconnaissance et référence.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 3461

Rejoint 2011-04-13

Bon sang ! La reconnaissance et référence doivent être importantes ! Madre de dios !

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 662

Rejoint 2012-08-06

Tout dépend par quel versant on comprend l’atteinte qui nous est faite.