La palpation des canaux en acupuncture

Dans Acupuncture

Avertissement : méridien ou canal ?

Depuis 20 ans, j’utilisais comme tout le monde en France le terme méridien pour décrire le concept de jīng 经. Pour être cohérent avec l’avancée de mes recherches, j’ai décidé de remplacer progressivement le terme « méridien » par « canal ». En effet, la signification réelle du terme jīng 经  en chinois est canal, chenal… Pour être complet le terme jīng 经 pouvait aussi désigner les routes ou directions dans l’axe sud-nord ou encore la chaîne d’un tissu. C’est probablement à cause de ces deux significations que la traduction « méridien » s’est imposée aux premiers traducteurs. Pourtant le mot méridien qui désigne les lignes fictives sur le globe terrestre passant par l’axe de la terre est loin de recouvrir le concept chinois jīng 经  dans le cadre de la médecine chinoise. D’après le chinois ancien et les experts, ce caractère relève plus de l’imagerie de l’hydraulique que de la géographie. Il désignait un cours d’eau ou un canal qui a pour mission de conduire, de distribuer l’eau. Or, cette symbolique de l’hydraulique se retrouve en permanence dans les textes fondateurs de l’acupuncture. C’est pourquoi il me paraît plus juste de l’employer. D’ailleurs, en langue espagnole et anglaise, les termes « canal » et « channel » sont de plus en plus utilisés par les spécialistes les plus pointus en chinois.

*********************

Lorsqu’on observe les classiques d’acupuncture les plus anciens, ainsi que le Nèi Jīng (Classique interne), on s’aperçoit que le plus souvent ce sont des canaux qui sont proposés pour le traitement des maladies, avant de suggérer des points. Si les points sont incontournables, avant de les sélectionner, il faut savoir quel canal, quel système est impliqué dans le mécanise pathologique. C’est uniquement à partir de là que l’on peut faire un choix judicieux.

La palpation des canaux permet de déterminer le ou les canaux les plus engagés dans la maladie. Le but de cet examen est d’ailleurs de préciser quel est le canal le plus important dans le déséquilibre. Il est nommé « canal primaire ». Cette étape est le diagnostic des canaux et des liaisons (jīng luò zhěn duàn 经络诊断). Elle débouche ensuite sur la sélection des canaux (xuǎn jīng选经).

palpation_meridien_10

Données préalables

Durant la palpation des canaux, de nombreux changements peuvent apparaître sur de multiples canaux. Il faut se rappeler que :

1-  Tous ces changements ne sont pas forcément liés à la pathologie principale du patient. Ils peuvent être en relation avec une autre pathologie secondaire ou être la trace de maladies anciennes ou encore en devenir.

2-  Le canal qui montre le plus de changements ou le changement le plus net est souvent celui qui est le plus compromis dans la pathologie principale du patient. Mais ce n’est pas toujours le cas, car un canal peut garder une mémoire d’une maladie ancienne grave avec un changement conséquent.

La difficulté majeure, ou plus exactement la seule difficulté de la palpation des canaux est de déterminer le canal le plus affecté, que l’on nomme canal primaire par rapport à une plainte précise quand l’examen laisse apparaître plusieurs réseaux altérés. Dans ce cas, le travail du praticien est identique à celui d’un détective qui va recouper les informations de l’examen classique et celui de la palpation des canaux. D’abord, il faut se souvenir que la palpation des canaux est là pour conforter, améliorer, compléter l’examen classique. Il n’est pas opérer au départ.

palpation_meridien_sionneau1

Les étapes d’une consultation classique sont :

1-  Interrogatoire, observation, pouls, langue => poser un premier diagnostic selon les huit principes et la différenciation des syndromes.

2-  Palpation des canaux => confirme, infirme, complète le premier diagnostic => diagnostic définitif.

3-  Sélection du canal primaire et éventuellement des canaux secondaires.

4-  Sélection des points pour régulariser les canaux concernés selon des règles précises.

5-  Puncturer ces points selon les techniques appropriées.

Si la palpation des canaux corrobore ce que l’examen classique a déterminé, il est facile de diagnostiquer le canal primaire. Il en découle automatiquement un choix de canaux et de points. Car ce qui est important à comprendre, c’est que les points choisis pour traiter n’appartiennent pas toujours au canal primaire. Comme nous le voyons plus loin, selon la situation, on peut être amené à traiter un canal grâce à d’autres canaux. Par exemple, en cas de surpression du foie et stagnation de qì dans le zù jué yīn 足厥阴, on préfère sélectionner les points du zù shào yáng 足少阳et du shǒu shǎo yáng 手少阳, qui a une relation surface/interne (biǎo/lǐ), pour une meilleure efficacité. Donc le canal primaire n’est pas toujours traité avec ses propres points.

Après l’examen classique, la palpation de trois ou quatre canaux est suffisante pour avoir une idée précise de la situation. Cependant, au départ, lorsqu’on ne maîtrise pas cette méthode, il faut mieux vérifier tous les canaux. Petit à petit avec l’expérience, la main apprend à reconnaître la nature des déséquilibres et le processus est de plus en plus rapide.

palpation_meridien_sionneau2

Différenciation des canaux

La différenciation des canaux est le processus durant le lequel on détermine quel est le canal primaire par rapport à une pathologie donnée. Il faut apprendre à exclure les canaux qui présentent des modifications et qui ne sont pourtant pas impliqués dans cette pathologie précise.

D’abord on doit noter tous les changements, leur nombre, leur nature sur chaque canal. On compare ces altérations, on les analyses, on essaye de comprendre leur message, par rapport à la pathologie du patient, et à partir de là, on détermine le canal qui semble présenter le plus de modifications et qui est le plus concerné.

Exemple, le patient vient pour une insomnie. Il présente des palpitations cardiaques durant la nuit au moment de l’insomnie, il transpire la nuit, souffre fréquemment de lombalgie, a une douleur aux talons, éprouve souvent la soif. La langue est légèrement rouge, peu d’enduit. Le pouls est fin (xì 细) et très profond (chén 沉) à la position du pied. La palpation des canaux met en avant une légère faiblesse dans la zone de Rn 7 (fù liū 复溜), une sensation de sable sur F 3 (tài chōng 太冲) et une douleur sur C 3 (shào hǎi 少海), une fine corde au niveau de C 5 (tōng lǐ 通里) et C 6 (yīn xì 阴郄), C 8 (shào fǔ 少府) est aussi sensible. P 1 (zhōng fǔ 中府) est très sensible. Les altérations sont le plus évidentes sur le canal du cœur et c’est cohérent avec la plainte du patient. C’est donc le canal primaire. Cela ne signifie pas que les points pour le traitement ne concerneront que le réseau du shǒu shào yīn 手少阴.

Cependant, parfois, il n’est pas aussi évident de faire la part des choses car plusieurs canaux montrent des altérations nombreuses. Les principales difficultés pour faire un diagnostic fluide sont les suivantes :

sionneau_canalUn canal a gardé des mémoires de pathologies anciennes

Les maladies sérieuses peuvent laisser des traces palpables dans certains canaux. Du coup, ce que l’on pourrait percevoir comme des altérations induites par plainte majeure du patient n’est en fait que la mémoire d’une pathologie ancienne ou qui a plus récemment guéri. Cette dernière peut avoir formé des « cicatrices » dans le réseau canal. C’est pourquoi, lorsqu’on palpe une altération qui semble peu probablement liée à la maladie du patient, on doit demander des précisions sur le passé médical. Par exemple, le point bèi shù-transport du dos (背俞)du poumon est fort sensible avec un nodule, et pourtant la lésion, une rectocolite hémorragique semble peu liée au réseau du poumon. En interrogeant le patient, un jeune homme de 22 ans, il s’avère qu’il a été asthmatique durant toute son enfance. Cette modification sur le V 13 (fèi shū 肺俞) n’est donc pas à prendre en considération pour la rectocolite hémorragique.

Certains canaux reflètent une autre maladie que la plainte du patient

Parfois, les altérations de certains canaux manifestent bien une pathologie mais une autre que celle de la plainte majeure du patient. Par exemple, un consultant vient pour une hypertension artérielle et en parallèle, il a une tendinite du coude et des troubles digestifs secondaires mais chroniques. Il y a des altérations sur les canaux du gros intestin, de la rate, mais qui sont sans lien avec son hypertension. Dans ce cas, il faut réussir à écarter ces modifications des canaux du gros intestin et de la rate afin de garder celles qui sont en relation directe avec la plainte majeure. Car traiter gros intestin et rate ne résoudra pas la maladie. Là encore, l’examen classique préalable et l’interrogatoire sur le passé médical du patient permet de déterminer ce qui appartient ou pas à la plainte majeure.

Plusieurs canaux sont impliqués dans la plainte majeure du patient

Souvent les patients qui consultent un praticien de médecine chinoise viennent avec des maladies chroniques, anciennes, récalcitrantes, qui n’ont pas trouvé de solutions jusqu’à présent. Dans ces situations, le plus fréquemment, plusieurs canaux participent au déséquilibre. Cette situation demande logique et expérience pour sélectionner le canal primaire. Il est important de lier la plainte du patient, le diagnostic classique et la palpation des canaux. C’est grâce au recoupement que l’on peut déterminer le système est le plus perturbé en relation avec la pathologie du patient.

Sélection des canaux pour le traitement

Avant tout, il faut être conscient que le canal qui est choisi pour le traitement n’est pas nécessairement le canal primaire (diagnostic). Le réseau canal est un tout cohérent avec de multiples interactions. Parfois la normalisation d’un système passe par un autre qui a un lien particulier avec celui-là. Pour donner un exemple simple, en cas de dysharmonie foie/rate, parfois la majorité des symptômes proviennent de la rate et c’est son canal qui manifeste le plus d’altération, tandis que le foie reste discret. Pourtant, la racine du trouble provient de la surpression du foie et c’est ce système bois qu’il faudra traiter. Mais comme nous le verrons plus loin, en cas de plénitude d’un canal yīn, on préfère traiter son canal yáng associé, ici la vésicule biliaire.

En outre, il faut saisir que la différenciation des canaux (diagnostic) cherche à déterminer ce qui s’est produit dans le passé pour comprendre où en est la pathologie, ce qu’elle est au moment présent, alors que la sélection des canaux (thérapeutique) tente de régulariser l’organisme et cherche à modifier l’état de la personne dans le futur.

Pour faire un bon choix, il est impératif de savoir où est le canal primaire dans l’univers des six niveaux. Etre renseigné sur le niveau permet de connaître la nature du canal, son fonctionnement, son mouvement, sa tendance, ses interactions avec le reste du système. Cela permet d’évaluer la pertinence de le traiter directement ou de passer par d’autres chemins.

Le but premier de l’acupuncture est de rétablir la circulation normale dans le réseau canal et de favoriser la transformation du qì des six niveaux.

A suivre…

La palpation des canaux fait partie intégrante de l’enseignement de la Formation Supérieure en Acupuncture que Philippe dispense avec son équipe pédagogique.

*************************

Se former en acupuncture - la formation qui change tout : cliquez ici pour en savoir plus...

Se former en diagnostic et en pharmacopée - la formation de référence : cliquez ici pour en savoir plus...

Se former à la diététique chinoise - les vrais outils de la diétothérapie chinoise : cliquez ici pour en savoir plus...

Des formations en ligne de grande qualité pédagogique en médecine chinoise : cliquez ici pour en savoir plus...

Apprendre des théories essentielles de la médecine chinoise et de la pharmacopée online : cliquez ici pour en savoir plus...

Des livres de référence pour l'étude et la pratique de l’acupuncture et la médecine chinoise : cliquez ici pour en savoir plus...

Remonter