↑ Remonter

Transpiration, vide de reins, larmes

Rang

Nombre de messages : 2

Rejoint 2018-01-10

Bonjour

je sollicite vos avis, d’après les quelques éléments (grossiers donc je ne sais pas si cela va pouvoir vous parler) que voici.

Depuis presque deux ans, je souffre de transpiration spontanée particulièrement durant la période hivernale. Cela commence vers octobre et s’arrange vers avril. 
- Sueurs diurnes plutôt importantes, froides, inodores sauf quand déclenchées par stress émotionnel
- sensation d’être envahie par le froid, au niveau du pli axillaire et aussi sous les pieds.
- Mains toujours gelées et moiteur à peine perceptible puisque la seule preuve que j’en ai est parfois, mais pas toujours, le léger gondolement d’une feuille de papier que je saisis quelques secondes.
- Sensibilité au vent (région très ventée, vent que je sens littéralement s’infiltrer). Incapacité à garder la chaleur en moi.
- Eté: transpiration chaude, en quantité normale voire faible relativement à celle évacuée durant l’hiver.

J’ai consulté il y a déjà 4 ans en shiatsu pour une fatigue générale : vide de rein.

Je suis donc retournée l’an dernier pour ce problème de transpiration qui devient gênant socialement.
- A nouveau : vide de rein. La praticienne m’a d’ailleurs indiqué que j’en étais à un stade assez inquiétant et que ça pouvait être la porte ouvertes à toutes sortes de maladies (juste pour préciser par rapport à ma première consultation où elle ne m’avait pas du tout alarmée).
- Quelques séances de shiatsu incluant moxas. 
- Conseils alimentaires : aliments chauds et consistants, inclure des épices plus souvent. Cela m’a fait du bien car j’avais tendance à rester l’estomac vide le matin ou à avaler une simple tisane avec parfois des aliments non chauffés (fruits, oléagineux, parfois pain).

Mieux être relatif: sensation de regagner de l’énergie dans cette zone anatomique des reins, remontée d’énergie.
L’été arrivant, la transpiration s’est envolée.

Rebelote cet automne. J’avoue ne pas voir été toujours très rigoureuse sur le plan alimentaire mais si je place toute cette présentation ici c’est que je suis triste.

Je me traîne depuis longtemps une tristesse pas forcément expliquée.
- Terrain dépressif mais je ne suis pas en dépression. Peut-être qualifieriez-vous cela de mélancolie, je ne connais pas la différence en MTC.

Ma seule certitude, quand j’écoute mon corps, c’est que j’ai énormément de larmes contenues à l’intérieur, qui me gonflent et que j’ai besoin d’évacuer.
Je rajoute à cela un tempérament anxieux et surtout la peur du jugement des autres (rein?), la timidité, qui font que sous le coup d’une émotion bien sûr la transpiration s’active. Toujours pour en revenir à cette question sur les sentiments et donc aussi les émotions, j’ai remarqué un changement plutôt notable: il y a 4 ans quand j’ai consulté pour ma grosse fatigue, j’étais sujette aux rougeurs (type rosacée). Je contrôlais les paramètres alimentaires, cosmétiques et climatiques pour contenir le symptôme mais le moindre coup de stress me donnait des flushs.

Or, j’ai constaté que de façon parallèle à l’apparition de cette transpiration, il y a eu diminution voire quasi disparition du symptôme de rougeurs dans les situations stressantes (alors qu’il est rapidement réactivé en cas d’ingestion d’alcool, d’exposition à une température trop haute pour moi etc). Pour moi donc, j’ai eu l’impression d’un échange entre mes symptômes de réaction émotionnelle: je suis passée des rougissements à la sueur… je précise que ces rougeurs me pourrissaient la vie, le passage à des cosmétiques se réduisant à des huiles végétales pures de haute qualité m’a beaucoup aidée ainsi qu’un changement de vie professionnelle. Par contre, je suis désormais handicapée plus sévèrement par ce nouveau symptôme qui cette fois va me gêner moi bien sûr mais moi aussi les autres s’ils s’en aperçoivent!

Bref, sans doute que ma description vous paraîtra fouillis et j’y apporterai des précisions si je le peux… j’ai bien du mal à synthétiser tout ça et surtout à savoir, si ça vaut la peine que je consulte à nouveau puisque le vide intérieur qui me fait pleurer sans raison et tout ce gonflement de larmes persiste, accompagné de cette sudation.

Merci d’avoir pris la peine de me lire et merci d’avance pour vos orientations éventuelles.