↑ Remonter

Sentiments, poumon et reins

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Traditionnellement, les sept sentiments sont les causes maladies internes.
C’est clairement cité pour les maladies du foie, du cœur et de la rate.
Cependant, on ne trouve rien dans la description des zheng du poumon - notamment son vide de qi - et des reins.
Or, tristesse, chagrin et deuil atteignent le poumon et on n’imagine pas la tristesse profonde des pulmonaires chroniques ; d’autre part, peur et frayeur atteignent les reins.
Je m’intéresse à la question car je fais un travail approfondi sur le burn out dont le principal symptôme reconnu est la fatigue intense, ce qui implique le poumon, soit directement, soit par l’intermédiaire des autres zang. Et un sujet en burn out a peur, c’est certain, est triste aussi, c’est clair ; quant à dire qu’il arrive pas à faire son deuil de la situation, c’est évident.
Qu’en pensez-vous ?
Merci de vos commentaires.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 2643

Rejoint 2011-04-13

Trébor,

Désolé pour la réponse tardive, j’avais manqué ce sujet.

Je pense que la description des syndromes des organes que nous connaissons est générale et non pas exhaustive.
Dans la littérature chinoise, on trouve uen description plus précise concernant les émotions. Par exemple, dans le Qī Qíng Bìng Biàn Zhì (七情病辨治 ) (Traitement différentiel des maladies des sept émotions), la tristesse peut être induite par un vide du qì du poumon. Les symptômes clés seront alors : tristesse sans raison, pleures, fatigue psychique, souffle court, voix basse, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), faible (ruò 弱), sans force (wú lì 无力). ET l’inverse est vrai : une tristesse peut provoquer un vide du qì du poumon avec comme principaux symptômes : Mélancolie, tristesse, pleure, manque de souffle (shào qì 少气 ), voix faible, transpiration spontanée, fatigue, langue pâle, enduit blanc, pouls modéré (huǎn 缓), sans force (wú lì 无力).

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Je ne dis pas que je suis fixé sans bouger depuis 11 jours sur l’écran de mon ordi, mais il se fait que je suis en train de travailler sur le burn out avec Shubert et Haydn, et que je suis informé instantanément de ton post.
Il me semble justement que l’observation actuelle prime sur les quelques livres traduits que nous avons et que tout le monde reproduit sans se poser des questions.
Donc maintenant, je ne sépare plus une description du quoi que ce soit du poumon sans y associer son émotion, de même que pour les Reins.
Au fait, y a-t-il une traduction du Qi Qing Bing Bian Zhi ?
Merci.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 2643

Rejoint 2011-04-13

Trebor - 11 Novembre 2017 06:45 APRES MIDI

Je ne dis pas que je suis fixé sans bouger depuis 11 jours sur l’écran de mon ordi, mais il se fait que je suis en train de travailler sur le burn out avec Shubert et Haydn, et que je suis informé instantanément de ton post.

Salue les bien de ma part !

Trebor - 11 Novembre 2017 06:45 APRES MIDI

Il me semble justement que l’observation actuelle prime sur les quelques livres traduits que nous avons et que tout le monde reproduit sans se poser des questions.

OUI ! C’est total exact ! Peu de gens font l’effort d’aller au-delà des 2 ou 3 trucs que l’on croit être la médecine chinoise… En fait, il y a encore un ENORME travail à faire.

Trebor - 11 Novembre 2017 06:45 APRES MIDI


Donc maintenant, je ne sépare plus une description du quoi que ce soit du poumon sans y associer son émotion, de même que pour les Reins.

Tu as raison. Le seul truc c’est qu’en dehors de la colère, toutes les émotions peuvent être provoquées par autre chose que le déséquilibre de leur organe zàng associé. Donc, cela rend la tâche plus compliquée. En outre, il ne faut pas oublier que dans le Nèi Jīng (Classique interne) l’émotion la plus souvent associée au poumon n’est pas la tristesse. C’est la mélancolie yōu 忧. Et ceci se reflète assez bien par la suite dans les textes postérieurs.

Trebor - 11 Novembre 2017 06:45 APRES MIDI


Au fait, y a-t-il une traduction du Qi Qing Bing Bian Zhi ?

Non, en aucune langue occidentale.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Je te réponds plus tard car Mme Trebor veut dîner.
Bach vient de me demander de te passer le bonsoir.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Une soupe de légumes plus tard, voici mon point de vue.
Une émotion peut dérégler un organe, comme le déséquilibre d’un organe peut dérégler son émotion. En réalité, il n’y a pas de cause et d’effet, il n’y a qu’une interaction réciproque. On ne sait pas qui a commencé, qui est l’un, c’est un mystère infranchissable par la pensée car celle-ci est plafonnée par la dualité du yin-yang.
En apparence, un vide de qi du poumon peut paraître sans tristesse ou mélancolie, comme un vide des reins peut paraître sans peur. Mais le refoulement, ça existe. Il nous fait paraître dans le xing, l’inverse de ce que nous sommes en profondeur dans le ming.
Tous les pulmonaires chroniques que j’ai soignés sont profondément tristes, même s’ils montrent une autre apparence.
Tous les vides des reins ont des peurs apparentes ou refoulées, bien qu’ils donnent à voir une solidité qu’ils n’ont pas.
Il y a l’apparence hyperactive de ce monde, mais je crois bien qu’elle refoule une profonde dépression qui n’apparaît pas à la conscience.
Je ne crois même pas qu’il n’y ait pas un être humain qui ait évité une dépression primaire. Le “je fais toujours mieux et plus” a bon dos.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Au fait Philippe, qu’entends-tu par : “Le seul truc c’est qu’en dehors de la colère, toutes les émotions peuvent être provoquées par autre chose que le déséquilibre de leur organe zàng associé.” ?

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 2643

Rejoint 2011-04-13

Trebor - 11 Novembre 2017 08:35 APRES MIDI

Au fait Philippe, qu’entends-tu par : “Le seul truc c’est qu’en dehors de la colère, toutes les émotions peuvent être provoquées par autre chose que le déséquilibre de leur organe zàng associé.” ?

Trop de praticiens pensent que chaque émotion de base est en relation avec un seul organe. Ceci n’est pas juste. Certaines émotions peuvent impliquer différents organes ou facteurs pathogènes. Pour être plus concret, voici ce que dit le Qī Qíng Bìng Biàn Zhì (七情病辨治 ) (Traitement différentiel des maladies des sept émotions) de Tán Kāi Qīng (谭开清) qui décrit tous les syndromes pouvant entraîner une tristesse. D’après les recherches de cet auteur, cette émotion est en relation avec les syndromes suivants :

1- La tristesse peut être induite par un vide du qì du poumon. Les symptômes clés seront alors : tristesse sans raison, pleures, fatigue psychique, souffle court, voix basse, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), faible (ruò 弱), sans force (wú lì 无力). « Le jīng qì s’accumule dans le poumon alors c’est la tristesse ». (Sù Wèn – chapitre 23).

2- La tristesse peut être induite par un vide du qì de la rate. Les symptômes clés seront alors : tristesse, pleures, inappétence, fatigue psychique, manque de force, bouche fade, agueusie, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), sans force (wú lì 无力).

3- La tristesse peut être induite par un vide du qì du cœur. Les symptômes clés seront alors : tristesse, pleures, palpitations cardiaques, tachycardie, insomnie, rêves abondants, teint terne, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), noué (jié 结), interrompu avec pauses régulières (dài 代). « Le qì du cœur est vide alors c’est la tristesse », (Líng Shū – chapitre 8).

4- La tristesse peut être induite par un vide du qì du foie. Les symptômes clés seront alors : tristesse, pleures, irritabilité, insomnie, rêves abondants, multiples cauchemars, fatigue physique et psychique, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), en corde (xián 弦). « La tristesse et l’affliction du foie s’agitent à l’intérieur alors cela lèse le hún (魂) », (Líng Shū – chapitre 8). « La tristesse lèse le foie, [parce que] le qì du foie est vide », (Jǐng Yuè Quán Shū – Œuvre complète de Jing Yue).

5- La tristesse peut être induite par un vide du qì des reins. Les symptômes clés seront alors : tristesse, pleures, démence, vertiges, acouphènes, lombes et genoux douloureux, faibles, sans force, langue pâle, enduit blanc, pouls profond (chén 沉), fin (xì 细).

6- La tristesse peut être induite par un vide du qì de la vésicule biliaire. Les symptômes clés seront alors : crainte, frayeur facile au moindre stimulus, inquiétude, tristesse, pleures sans raisons apparentes, langue pâle, enduit blanc, pouls fin (xì 细), en corde (xián 弦).

7- La tristesse peut être induite par une surpression de mucosités. Les symptômes clés seront alors : démence, alternance de joie et de tristesse, pleures et rires sans raisons apparentes, oppression de la poitrine, distension de la poitrine, enduit blanc et gras, pouls glissant (huá 滑), sans force (wú lì 无力). « Dans le canal du poumon, il y a des mucosités sécheresse (…) [il en découle] de la tristesse, de l’inquiétude, du mal être, en plus les mucosités sont astringentes et difficiles à expulser », (Yī Zōng Bì Dú – Lectures médicales obligatoires)

8- La tristesse peut être induite par une stase de sang. Les symptômes clés seront alors : tristesse, pleures, agitation-dysphorie, pertes de mémoire, langue sombre ou avec des taches de stases, pouls rugueux (sè 涩).

Il est à noter que ce n’est que l’avis d’un médecin contemporain. En fait, tout au long de l’histoire, les textes anciens ont soutenu ce concept : une émotion peut être induite par bien autre chose que son organe associé. Notre approche des émotions est réductrice.

 

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Mon observation clinique contemporaine confirme ce que tu écris concernant la non-correspondance d’une émotion à un seul zang.
J’ai l’habitude de considérer maintenant que des sentiments “généralistes” tels que anxiété, angoisse, inquiétude, crainte, rumination mentale, ne peuvent pas être rapportés à un seul des trois ou quatre zang qui déséquilibrent les émotions en pathologie courante, c’est-à-dire dans l’immense majorité des cas.
Quand on diagnostic une maladie composée de syndromes multiples intéressant le cœur, la rate, le foie et les reins ; on ne peut pas dire vraiment que tel sentiment appartient spécifiquement à tel zang. Anxiété et crainte sont des formes de peurs dont on ne peut exclure les reins ; anxiété et rumination sont inséparables dans le cœur et la rate ; crainte et inquiétude sont très proches ; etc…
Notre approche est réductrice, mais nous avons besoin d’intégrer les bases spécifiques connues pour les élargir ensuite.
A l’époque où j’enseignais, dès le début, je prononçais le premier aphorisme de la médecine chinoise : les livres décrivent des maladies qui n’existent pas.
Evidemment, c’était fait volontairement pour bousculer les cerveaux bien-pensants qui roucoulent dans leur confortable savoir.
Les patients sont des mosaïques de livres qui décrivent des morceaux de maladies.
Maintenant que tu nous a traduit la tristesse, ce que tu as fait il y a bien longtemps puisque j’avais ton exposé, quand est-ce que tu nous fait le reste ?
Amitiés.

Avatar
Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 2643

Rejoint 2011-04-13

Trebor - 13 Novembre 2017 09:42 MATIN

Mon observation clinique contemporaine confirme ce que tu écris concernant la non-correspondance d’une émotion à un seul zang.

C’est ce que j’aime chez toi. Tu as un vrai sens clinique, de l’observation clinique. Si tous les leaders de la médecine chinoise dans la francophonie avaient ton approche, nous serions bien plus avancés collectivement. Mais c’est plus facile de régurgiter les visions réductrices et simplistes des auteurs star de la profession.

Trebor - 13 Novembre 2017 09:42 MATIN


Maintenant que tu nous a traduit la tristesse, ce que tu as fait il y a bien longtemps puisque j’avais ton exposé, quand est-ce que tu nous fait le reste ?

:-))))
En fait, je réfléchis en ce moment à la manière la plus efficace pour transmettre ces informations précieuses. J’ai des centaines de pages de recherches faites dans des textes anciens et contemporains sur les esprits et les émotions. Il faut que je me décide sur la manière de les transmettre. A suivre !

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

C’est ce que j’aime chez toi. Tu as un vrai sens clinique, de l’observation clinique. : c’est exact, c’est pourquoi je te sollicite si souvent, pas assez souvent à mon goût.

Si tous les leaders de la médecine chinoise dans la francophonie avaient ton approche, nous serions bien plus avancés collectivement. Mais c’est plus facile de régurgiter les visions réductrices et simplistes des auteurs star de la profession. : c’est pour ça que je ne fais pas partie des leaders et des stars de l’intelligentsia, que je vis beaucoup en retrait du monde, et que j’ai compris que, plus je m’étalerais, moins je serais efficace.

En fait, je réfléchis en ce moment à la manière la plus efficace pour transmettre ces informations précieuses. : quand on me demande si l’acupuncture est efficace, je réponds : faites vous piquer d’abord et discuter ensuite, l’inverse ne marche pas ; avec moi, l’action précède la réflexion.

 

Rang

Nombre de messages : 2

Rejoint 2018-01-10

Bonjour et merci pour cette discussion hautement intéressante même pour les simples patients.

Je me permets de rebondir dans ce fil car j’y vois des éléments concordants avec mon cas et je sollicite donc vos avis, d’après les quelques éléments (grossiers donc je ne sais pas si cela va pouvoir vous parler) que voici.

Depuis presque deux ans, je souffre de transpiration spontanée particulièrement durant la période hivernale. Cela commence vers octobre et s’arrange vers avril. Sueurs diurnes plutôt importantes, froides, sensation d’être envahie par le froid, au niveau du pli axillaire et aussi sous les pieds. Mains toujours gelées. Sensibilité au vent (région très ventée, vent que je sens littéralement s’infiltrer). Incapacité à garder la chaleur en moi.

J’ai consulté il y a déjà 4 ans en shiatsu pour une fatigue générale : vide de rein.

Je suis donc retournée l’an dernier pour ce problème de transpiration qui devient gênant socialement.
A nouveau : vide de rein. Quelques séances de shiatsu incluant moxas.  Conseils alimentaires : aliments chauds et consistants, inclure des épices plus souvent. Cela m’a fait du bien car j’avais tendance à rester l’estomac vide le matin ou à avaler une simple tisane avec parfois des aliments non chauffés (fruits, oléagineux, parfois pain).

Mieux être relatif: sensation de regagner de l’énergie dans cette zone anatomique des reins, remontée d’énergie.
L’été arrivant, la transpiration s’est envolée.

Rebelote cet automne. J’avoue ne pas voir été toujours très rigoureuse sur le plan alimentaire mais si je place toute cette présentation ici c’est que je suis triste.

Je me traîne depuis longtemps une tristesse pas forcément expliquée. Terrain dépressif mais je ne suis pas en dépression. Peut-être qualifieriez-vous cela de mélancolie, je ne connais pas la différence en MTC.

Ma seule certitude, quand j’écoute mon corps, c’est que j’ai énormément de larmes contenues à l’intérieur, qui me gonflent et que j’ai besoin d’évacuer.
Je rajoute à cela un tempérament anxieux et surtout la peur du jugement des autres (rein?), la timidité, qui font que sous le coup d’une émotion bien sûr la transpiration s’active. Toujours pour en revenir à cette question sur les sentiments et donc aussi les émotions, j’ai remarqué un changement plutôt notable: il y a 4 ans quand j’ai consulté pour ma grosse fatigue, j’étais sujette aux rougeurs (type rosacée). Je contrôlais les paramètres alimentaires et climatiques pour contenir le symptôme mais le moindre coup de stress me donnait des flushs.

Or, j’ai constaté que de façon parallèle à l’apparition de cette transpiration, il y a eu diminution voire quasi disparition du symptôme de rougeurs dans les situations stressantes (alors qu’il est rapidement réactivé en cas d’ingestion d’alcool, d’exposition à une température trop haute pour moi etc).

Bref, sans doute que ma description vous paraîtra fouillis et j’y apporterai des précisions si je le peux… j’ai bien du mal à synthétiser tout ça et surtout à savoir, si ça vaut la peine que je consulte à nouveau puisque le vide intérieur qui me fait pleurer et tout ce gonflement de larmes persiste, accompagné de cette sudation.

Merci d’avoir pris la peine de me lire et merci d’avance pour vos orientations éventuelles.

 

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Bonsoir davelie,
On ne peut pas orienter un diagnostic ni même un conseil à partir d’une observation écrite, même si elle est faite avec détails.
On ne peut que vous conseiller de remettre votre confiance en votre acupuncteur.

Avatar
Rang

Nombre de messages : 4

Rejoint 2014-07-06

Bonjour Mr Sionneau, bonjour Trebor,
Tout d abord merci pour ce bel échange riche en informations, témoignant d’un respect pour cet art ancestral chinois dont je suis une passionnée depuis plusieurs années déjà.
Je fus l’une de vos élève Philippe, FSA Marseille. Cela fait déjà deux ans.
Depuis j’intègre ce que vous nous m’avez enseigné , et les résultats sont au rendez-vous. Merci.

Quand aux émotions, en effet Trebor c’est admirablement bien dit:
“Une émotion peut dérégler un organe, comme le déséquilibre d’un organe peut dérégler son émotion. En réalité, il n’y a pas de cause et d’effet, il n’y a qu’une interaction réciproque. On ne sait pas qui a commencé, qui est l’un, c’est un mystère infranchissable par la pensée car celle-ci est plafonnée par la dualité du yin-yang. “

J’aimerai juste rajouté ma petite touche de pensée personnelle:
” La seule chose qui ne changera jamais,  c’est que tout change toujours tout le temps.”
dit un passage du Yi Jing.
Il ne nous reste plus qu’à : “Peng Qi Yun.” A saisir le souffle bénéfique qui passe.

Une très belle année à vous.
Stéphanie.

Rang
Rang
Rang
Rang

Nombre de messages : 606

Rejoint 2012-08-06

Chère estefania,
Je ne suis pas entièrement d’accord avec le Yi Jing ou en tous les cas, avec la manière dont la formulation citée sur l’impermanence est rapportée.
Au-delà de la conscience psychique du zangshen plafonnée par la dualité du yin-yang, témoin de l’alternance du temps, il existe une conscience originelle, celle du yuanshen, qui est invariable et inaltérable car elle est la cessation du temps.

Avatar
Rang

Nombre de messages : 4

Rejoint 2014-07-06

En effet Trebor, vu sous cet angle, je rejoins votre opinion.
Yuan Shen, lié au ciel antérieur ne répond pas en effet aux règles de l impermanence évoquées par le Yi Jing.
Yuan Shen est et restera l’esprit de la sagesse universelle, le joyau du ciel antérieur qui échappe aux lois du yin et du yang. Cette connaissance spirituelle, subtile, invisible et immuable reste le pivot sacré de l esprit de la connaissance.
Belle soirée à vous.
Stéphanie.